Benjamin

Station service

Walter Benjamin, Sens unique, 1928

Actuellement, la construction de la vie est bien plus sous l’emprise des faits que sous celle des convictions. Et sous l’emprise de faits qui n’ont presque jamais été au fondement de convictions. Dans ces conditions, l’activité littéraire véritable ne peut prétendre se produire dans le cadre littéraire – c’est bien plutôt l’expression habituelle de sa stérilité. Une littérature efficace et significative ne peut avoir lieu que dans une stricte alternance d’action et d’écriture : elle doit prendre des formes insignifiantes – tracts, brochures, articles de journal et affiches – qui soient mieux adaptées à leur influence dans des communautés actives que le geste exigeant et universel du livre. Seul ce langage rapide est, par son efficacité, à la hauteur de l’époque. Les opinions sont pour l’appareil gigantesque de la vie en société ce qu’est l’huile pour les machines ; on ne se met pas devant une turbine pour la couvrir de lubrifiant pour machines. On en met juste une giclée dans les rivets et les joints cachés et qu’il faut connaître

Oeuvres

  • Deux œuvres de Walter Benjamin en libre téléchargementRetour ligne automatique
    La revue Études photographiques publie les travaux issus de divers domaines susceptibles d’éclairer le champ de la photographie : histoire de l’art, sciences, techniques, sociologie, esthétique ou sémiologie.Retour ligne automatique
    Walter Benjamin, Petite Histoire de la photographie (texte traduit et annoté par André Gunthert)Retour ligne automatique
    www.etudes.photographie.com/sommaires/resum1.html
  • Une édition électronique réalisée à partir du texte de Walter Benjamin, Paris, capitale du xixe siècle, « exposé » de 1939 – écrit directement en français par Benjamin – in Das Passagen-Werk (Le Livre des passages), Frankfurt-sur-le-Main, Suhrkamp Verlag, 1982, p. 60-77. Édition numérique réalisée par Daniel Banda, bénévole, professeur de philosophie en Seine-Saint-Denis et chargé de cours d’esthétique à Paris-I Sorbonne.Retour ligne automatique
    http://classiques.uqac.ca/classiques/benjamin_walter/paris_capitale_19e_siecle/paris_capitale.html
  • Un texte sur Walter Benjamin en ligneRetour ligne automatique
    Le Vif de la critique 1 est consacré à Walter Benjamin.Retour ligne automatique
    Rainer Rochlitz, un des Benjaminiens les plus réputés à qui l’on doit notamment l’éditions des Œuvres en trois volumes chez Gallimard (coll. « Folio essais »), écrivait de Benjamin : « Non qu’il ne faille pas aimer Benjamin ; il s’agit d’empêcher que l’on s’en réclame pour de mauvaises raisons. »Retour ligne automatique
    www.scribd.com/doc/40434406/
  • L’œuvre d’art à l’époque de sa reproductibilité techniqueRetour ligne automatique
    1935

Films

  • One way street 2000Retour ligne automatique
    Duration : 58 min. Retour ligne automatique
    Directed by John HughesRetour ligne automatique
    English LanguageRetour ligne automatique
    One way street explores the life and work of German Jewish critic and philosopher, Walter Benjamin, who died escaping the Gestapo in 1940.
  • Flâneur III, Benjamin’s ShadowRetour ligne automatique
    In the 1998 film above, Flâneur III : Benjamin’s Shadow, Danish director Torben Skjodt Jensen and writer Urf Peter Hallberg collaborate on an impressionistic black-and-white meditation on Paris, overlaid with Hallberg’s ruminations and quotations from Benjamin. Benjamin’s fascination with nineteenth-century Paris drove his massive, unfinished Arcades Project, an excavation of the inner workings of modernity. Where One Way Street is marked by a very dated 90’s aesthetic (which may look chic now that the decade’s back in fashion), the above film is both classical and modernist, a testament to the beauties and contradictions of Paris. I think in this respect, it is a more fitting tribute to the critical and contradictory aesthetic theory of Walter Benjamin. — Open Culture Retour ligne automatique
    ou Flâneur Walter Benjamin

Audio-vidéo

  • Arte – Walter Benjamin (Des histoires d’amitié)Retour ligne automatique
    Le livre de souvenirs que le grand historien du judaïsme, Gershom Scholem, a consacré à son ami Walter Benjamin est un document de première importance pour l’histoire intellectuelle de ce siècle. De 1915, date de leur première rencontre à Berlin, à 1940, année du suicide de Benjamin à la frontière pyrénéenne, ils ont entretenu un étroit commerce intellectuel, fondé sur une amitié profonde. Pourtant, leurs choix de vie devaient très vite diverger : influencé par le sionisme, dès 1923, Scholem quitte Berlin pour Jérusalem, où il deviendra l’un des plus célèbres érudits hébraïsants et étudiera les grands courants de la mystique juive. Benjamin, lui, voyage sans cesse, avant d’être contraint, après 1933, à l’exil en France. Il tente de concilier l’espérance marxiste et l’influence plus souterraine du messianisme juif, et disperse ses écrits en multiples fragments. Ce livre nous restitue la vivacité des débats et conversations qui animent les deux hommes, et évoque plus d’une fois tel ou tel autre de leurs relations communes : Judah Magnes, Bertold Brecht, Martin Buber, Ernst Bloch, Hannah Arendt, Theodor Adorno, Max Horkheimer. Au moment où les œuvres de Benjamin et de Scholem suscitent un intérêt croissant, cet ouvrage est une contribution essentielle à leur compréhension.

Analyses

  • Walter Benjamin – L’oeuvre d’art à l’ère de sa reproductibilité techniqueRetour ligne automatique
    21 minutes 10 secondesRetour ligne automatique
    2010Retour ligne automatique
    Vidéoconférence sur le texte de Walter Benjamin, « L’œuvre d’art à l’ère de sa reproductibilité technique » (1936, version utilisée 1939)Retour ligne automatique
    François Brunet (professeur, art et littérature des Etats-Unis, UFRd’Etudes anglophones) nous livre une brève biographie de Walter Benjamin ; philosophe, critique d’art et littéraire et historien de l’art allemand de la première moitié du XXe siècle, connu pour son ouvrage tranchant sur la modernité. François Brunet nous explique l’un des textes de Benjamin, l’un des plus cités « L’œuvre d’art à l’ère de sa reproductibilité technique » ; texte sur les nouvelles techniques et leurs influences sur l’art.
  • [Le faire-être poétique de la ruine : un monde actuel 21 septembre 2013, par Joseph Nasr
  • Hommage à Jean-Paul Dollé : 1. De l’acédie. Du soin qu’on donne à un mort. Bruno Queysanne. 28 avril 2011, par Bruno QueysanneRetour ligne automatique
    Petite histoire de la photographie 2 août 2012, par André Gunthert (traduction), Walter BenjaminRetour ligne automatique
    « Le véritable homme politique » 25 août 2009, par Pacôme Thiellement
  • Walter Benjamin et ses bibliothèques : collections et passagesRetour ligne automatique
    20 octobre 2011, par Catherine CoquioRetour ligne automatique
    Benjamin était un amateur passionné de livres. Dans sa personne, l’écrivain et le collectionneur ne se distinguaient pas, et cette passion parvenait à prêter à sa nature plutôt mélancolique une teinte de gaieté1 . Le propos est de Gershom Scholem, qui fut certainement, parmi les amis de Walter Benjamin, à la fois le plus intime et celui qui connaissait le mieux ses livres – ce qui signifiait dans (…)
  • Michael Löwy, « Gretel Adorno, Walter Benjamin, Briefwechsel 1930-1940 », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 136 | octobre – décembre 2006, document 136-3, mis en ligne le 01 décembre 2009
  • Revue Appareil – n° spécial – 2008 « La ville appareillée : Arendt, W.Benjamin et Baudelaire« Jean-Louis Déotte
  • Jean-Louis Déotte, « Walter Benjamin : la perspective comme fantasmagorie », Appareil [En ligne], Articles, mis en ligne le 06 février 2014Retour ligne automatique
    De la compénétration des espaces chez W. Benjamin aux Unités d’habitation de Le Corbusier [Texte intégral]Retour ligne automatique
    Paru dans Appareil, 12 | 2013
  • Michel Frizot, « “La modernité instrumentale. Note sur Walter Benjamin” », Études photographiques, 8 | Novembre 2000, [En ligne], mis en ligne le 15 septembre 2008. URL : http://etudesphotographiques.revues.org/228.
  • Introduction à la présentation du livre de Jean Michel Palmier : Walter Benjamin, Le chiffonnier, l’Ange et le Petit BossuRetour ligne automatique
    Le projet de Jean-Michel Palmier est ancien. Après les travaux sur l’Expressionnisme, les réflexions sur la montée du fascisme et l’exil des intellectuels qui ont combattu la montée du nazisme en Allemagne, Jean-Michel Palmier a conçu au milieu des années 1980 ce projet autour de Benjamin. Retour ligne automatique
    Mais la maladie et la mort brutale en 1998 mettront un terme au développement. Il restait un manuscrit de plus de mille pages, manuscrit et archives confiées à l’. C’est dans ce fonds qu’attendait ce livre essentiel pour la compréhension de l’œuvre de Walter Benjamin. Ce Walter Benjamin est une somme. Imposant par son volume, impressionnant par son érudition, on rêve au sortir des 916 pages de lire les parties IV et V qui restent à l’état de fragment, de plan et de lignes tracées sur un horizon de travail. Retour ligne automatique
    Florent Perrier qui fut un ami de Jean-Michel Palmier, prit en charge l’édition de ce livre posthume (ainsi qu’une très belle et très dense préface qui déplie et traverse les termes qui structurent l’analyse). Avec la rigueur et la précision qu’on lui connaît, il nous permet aujourd’hui de découvrir ce livre passionnant qui a trouvé toute sa place chez Klincksieck, dans la « collection d’esthétique » dirigée par qui fut le collègue et ami de Jean-Michel Palmier.

« Walter Benjamin » de Jean-Michel Palmier (premier extrait)Retour ligne automatique
Ce premier extrait de Walter Benjamin, Le chiffonnier, l’Ange et le Petit Bossu de Jean-Michel Palmier se situe dans la première partie du volume. On la retrouve aux pages 89 à 97. Elles comptent 38 notes en bas de pages qui éclairent d’une manière décisive le texte par des perspectives historiques, analytiques, ainsi que des liens à l’intérieur de l’œuvre de Benjamin. Si nous signalons l’importance de cet appareil critique, c’est que nous l’avons largement gommé dans cet extrait pour en faciliter la lecture sur notre support. Nous avons pourtant souhaité souligner leur rôle et leur importance par un éclairage de 6 notes. Retour ligne automatique
On retrouvera la précision et l’ampleur du travail de Jean-Michel Palmier en se reportant au livre.Retour ligne automatique
L’attachement à Berlin qui se dessine également au creux de ces lignes rappelle les textes de Jean-Michel Palmier sur Berlin (Retour à Berlin notamment) mais aussi les Promenades dans Berlin de Franz Hessel que J-M Palmier avait publié et préfacé aux Presses Universitaires de Grenoble en 1989 ; Franz Hessel, ce flâneur berlinois, ami de Benjamin, avec qui, justement, il traduisit Proust. [SR]

« Walter Benjamin » de Jean-Michel Palmier (deuxième extrait)Retour ligne automatique
Interrogeant les fondements de la théorie de la critique littéraire benjaminienne, Jean-Michel Palmier interroge les sources romantiques et philosophiques de la question. Mais surtout il replace le questionnement dans celui du genre et l’articule aux propres textes de Benjamin. Retour ligne automatique
Comme pour l’extrait précédent, nous avons retranché les 14 notes de cet extrait pour une fluidité de lecture. Il importe donc de se reporter aux pages 477-483 de Walter Benjamin, Le Chiffonnier, l’Ange et le Petit Bossu pour consulter l’indispensable appareil critique qui architecture pleinement la pensée de Jean-Michel Palmier. [SR]

« Walter Benjamin » de Jean-Michel Palmier (troisième extrait)Retour ligne automatique
Dans les fragments laissées par Jean-Michel Palmier, extraits d’une conférence intitulée « Quelques remarques sur la notion et la fonction de l’image dialectique chez Walter Benjamin », petites pépites autour de Benjamin, lecteur et traducteur de Baudelaire. On retrouve ces notes aux pages 780-787 de Walter Benjamin, le chiffonnier, l’Ange et le Petit Bossu. [SR]

  • Article de Michael Löwy : Temps messianique et historicité révolutionnaire chez Walter Benjamin, paru dans Vingtième Siècle N°117 de janvier-mars 2013 Vertigineux champ des possibles et vaste arborescence des alternatives : conseille les trois tomes des écrits de W. Benjamin en Folio Essais, les livres de Gershom Scholem (Walter Benjamin, histoire d’une amitié, Presses Pocket ; Benjamin et son ange, Rivages poche) et les ouvrages de Daniel Bensaid (Walter Benjamin, sentinelle messianique, Plon, 1990), de Michael Lowy (Rédemption et Utopie, le judaïsme libertaire en Europe centrale, PUF 1988 ; Walter Benjamin : Avertissement d’incendie, PUF 2001) de Stéphane Mosès (L’ange de l’histoire : Rosenzweig, Benjamin, Scholem, Seuil1992) et le malheureusement inachevé ouvrage de Jean-Michel Palmier : Walter Benjamin. Le chiffonnier, l’Ange et le petit Bossu. Esthétique et politique chez Walter Benjamin, Kmincksieck 2006 Éloge d’une lecture | Entre les lignes entre les motsRetour ligne automatique
    OuvertureRetour ligne automatique
    Histoire juive. La démonstration de Benjamin : Philippe Quesne

Parmi la riche œuvre de Michael Löwy :

Ecosocialisme. L’alternative radicale à la catastrophe écologique capitaliste, Les petits libres, Mille et une nuits 2011, Refuser le dilemme entre une belle mort radioactive et une lente asphyxie due au réchauffement global | Entre les lignes entre les mots

Les aventures de Karl Marx contre le baron de Münchhausen. Introduction à une sociologie critique de la connaissance, réédition Syllepse 2012, Les catégories de pensée impensées qui délimitent le pensable et prédéterminent le pensé | Entre les lignes entre les mots

Juifs hétérodoxes. Romantisme, messianisme, utopie, Editions de l’éclat, philosophie imaginaire 2010, Ne pas faire l’économie d’une excursion par les sentiers de l’utopie | Entre les lignes entre les mots

Avec Erwan Dianteill : Sociologies et religion. Approches insolites, PUF 2009, Transgression de barrières disciplinaires | Entre les lignes entre les mots

ou l’ouvrage coordonné par l’auteur : Max Weber et les paradoxes de la modernité, PUF débats philosophiques 2012, Des approches interrogatives sur une pensée de la modernité | Entre les lignes entre les mots

A lire aussi : Sous la direction de Vincent Delecroix et Erwan Dianteill :nCartographie de l’utopie. L’œuvre indisciplinée de Michael LöwyDieux et démons cachés sans nécessité dans le hasard objectif | Entre les lignes entre les mots

Article de Michael Löwy : Temps messianique et historicité révolutionnaire chez Walter Benjamin, paru dans Vingtième Siècle N°117 de janvier-mars 2013

Didier Epsztajn

http://entreleslignesentrelesmots.wordpress.com/Sur MagPhilo

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s