Islam et politique en Afrique

Page

source : http://web.archive.org/web/20130428081834/http://publislam.net/spip.php?rubrique8&lang=en

Maïkoréma ZAKARI, « L’islam dans l’espace nigérien : réponses aux questions du journal As-Salam »

May 2008
Réponses aux questions du journal As-Salam 1) Vous venez de soutenir votre thèse d’Etat sur l’Islam dans l’espace nigérien du VII è au début des années 2000. Que peut-on retenir sur l’islamisation de notre pays ? Sur ce plan, il y a tout d’abord lieu de relever l’ancienneté de la présence de l’islam (…) > continue

 

Marie MIRAN, « La lumière de l’islam vient de Côte d’Ivoire » : Le dynamisme de l’islam ivoirien sur la scène ouest-africaine et internationale

Saturday 9 June 2007
La Côte d’Ivoire a longtemps fait figure de pays marginal et d’importance secondaire sur la scène islamique ouest-africaine, du fait notamment du statut minoritaire de l’Islam — une réalité qui se situe désormais moins au plan démographique qu’au plan politique — et de la discrétion des ordres soufis. De manière contrastée, depuis les années 1990, la société musulmane ivoirienne et sa culture religieuse « réformiste », portée par une élite « moderne » centrée sur Abidjan, gagnent progressivement en influence dans la sous-région et au-delà. Cet article explore les processus socioéconomiques, politiques et culturels à l’œuvre dans cette transformation, ainsi que l’interface entre le local et le global dans l’Islam ivoirien. Les migrations internationales vers la Côte d’Ivoire sont l’objet d’une attention particulière, dans la mesure où les nombreux immigrants ouest-africains, pour la plupart musulmans, ont pu jouer à l’étranger un rôle de traducteurs culturels dans la transmission des idées et du modus operandi propres aux réformistes ivoiriens. L’émigration de musulmans ivoiriens en Occident et en particulier aux Etats-Unis est aussi prise en compte. L’article se demande en outre pourquoi l’élite réformiste ivoirienne s’est efforcée de nouer des contacts avec des organismes islamiques internationaux basés hors du monde arabe et de l’Iran et comment les échanges avec les musulmans d’Occident ont marqué son développement de manière décisive et originale. Ces mouvements d’hommes et d’idées ont contribué au dynamisme local de l’Islam ivoirien et à son rayonnement transnational en Afrique de l’Ouest francophone et dans les milieux de la diaspora africaine musulmane aux Etats-Unis. La conclusion situe cette mondialisation de l’Islam ivoirien dans une perspective historique. > continue

 

Adriana PIGA, « Associations islamistes et transition démocratique au Niger »

2007
Introduction Au cours de ces dernières années, les apports scientifiques d’inspiration politologique sur le Niger contemporain n’ont cessé de se multiplier. En 1999, dans le texte élaboré sous la direction du politologue Sénégalais Momar Coumba Diop, Les figures du politique en Afrique, Jibrin Ibrahim (…) > continue

 

Gilles HOLDER, « Entre cité-État et cité musulmane. La commune imaginée à Djenné à l’heure de la décentralisation malienne »

Thursday 8 June 2006
À partir de données recueillies sur la commune de Djenné, je voudrais questionner ici l’usage local des notions devenues incontournables de société civile et de gouvernance qui, tout en proposant un cadre à la fois pratique et idéologique au processus démocratique malien engagé depuis 1991, font aussi (…) > continue

 

Adriana PIGA, « Colonialisme français et savoirs islamiques en AOF, entre marginalisation et émergence de nouvelles identités (1900-1950) »

2006
Introduction La France a connu dans le passé, et connaît encore plus que jamais dans le présent, une véritable prolifération d’instituts de recherche sur l’Islam : de l’Institut Maghreb-Europe de l’Université de Paris-VIII Saint-Denis au célèbre IMA, l’Institut du Monde Arabe, joyau d’architecture (…) > continue

 

Marie MIRAN, « D’Abidjan à Porto Novo : associations islamiques, culture religieuse réformiste et transnationalisme sur la côte de Guinée »

Thursday 9 June 2005
Depuis la période coloniale et plus encore l’ère des indépendances, la région côtière de l’Ouest africain qui s’étend du Sud-ivoirien au Sud-béninois – et au-delà, au Sud du Nigeria – s’est distinguée par la perméabilité de ses frontières nationales aux cultes traditionnels et néo-prophétiques ainsi qu’aux (…) > continue

 

Maud SAINT-LARY, « Des juges dans l’antre du logis. Pouvoirs judiciaire et religieux dans une chefferie tooroobe du Yatenga (Burkina Faso) »

Wednesday 9 June 2004
Timidement, ils franchissent l’entrée de la cour du chef de Todiam pour pénétrer dans la grande demeure bâtie dans le style soudanais. Les deux salles principales, ouvertes au nord et au sud, sont précédées d’un vestibule. L’un des deux signale le domaine d’Awa, une des épouses du chef. Les visiteurs n’y (…) > continue

 

Gilles HOLDER, « La cité comme statut politique. Places publiques, pratiques d’assemblée et citoyenneté au Mali »

Sunday 1 February 2004
Au Mali, les villes, phénomène massif antérieur à l’islam et au moins aussi ancien que celui de l’État, témoignent d’une géographie faite de cités d’autant plus ignorées qu’elles ne présupposent pas de forme urbaine. La cité n’est pas l’une des modalités possibles de la ville ; lieu habité et dénommé, c’est un processus politique et historique délibéré qui met en pratique un statut. Suscitant un espace et un temps définis par une enceinte préalable et inclusive, la cité est l’antithèse de la citadelle. Elle s’érige en tant qu’espace public dans des places dédiées à des pratiques d’assemblée. Pour que celles-ci permettent la citoyenneté, encore faut-il qu’une égalité politique puisse être établie. Lorsque la cité s’envisage dans l’État, c’est lui qui en garantit la mise en œuvre. Mais si elle en est privée, l’égalité civique nécessite alors une structure politique d’un genre différent. Dans ces localités qui relèvent désormais d’un État-nation, une organisation d’âges remplit ce rôle. Renonçant au pouvoir et à l’action au profit d’une parole publique, elle permet de réinstituer l’ordre politique de la cité. > continue

 

Souley HASSANE, « Les associations islamiques et la démocratisation de l’espace public au Niger »

Friday 18 July 2003
Situé entre l’Afrique du Nord et l’Afrique Subsaharienne, le Niger occupe une position charnière et stratégique en Afrique de l’Ouest. Il est au cœur de deux zones d’influences importantes dont la première comprend l’Algérie et la Libye et la deuxième le Nigeria. Entre 1960 et 1991, les pouvoirs publics (…) > continue
Publicités