libre passant

Page

« J’écris ton nom

Et par le pouvoir d’un mot

Je recommence ma vie

Je suis né pour te connaître

Pour te nommer

Liberté »

Il avance près du café

Un café culturel où la liberté s’affiche

Drôle d’endroit où il affiche un faux air détaché

C’est un homme jeune, enfin presque

Il est en train de clamer des vers entraînant lui qui traîne sa drôle de dégaine dans ce drôle d’endroit mondain. Au seuil de la porte il s’arrête

Il les aime bien

Joue avec les mots de la provocation matinale

Prévoir il ne peut pas

Supporte la si vive solitude de ce bon matin qui le retient de courir vers elle

Il joue pour ne pas pleurer à l’aune de sa liberté

Cette liberté qu’il n’écrit pas pour pouvoir la crier

Cette liberté qui n’a plus de nom propre

Eclaircie du slogan

Il porte une plainte en lui

Cette culture il la parodie dans un lieu parodie d’elle-même

Des friqués qui se la jouent intello, il les repère et court à eux dans l’euphorie de l’abandon.

Mais eux la liberté ils la jouent

Ils s’écoutent dans ce vacarme du vide

Moi aussi je crie ton nom liberté

Tu es devenue infime

Ma voix infirme te parle

Tu n’écoutes pas, toi le passant de la nuit

Liberté

Je me retourne

Où es-tu toi ma ferme décision

Toi

Livre-leur le combat des mots,

Toi

Le résistant

Le sdf

Le sans abri

Toi

Qui a tant à apprendre et à donner

Je suis le résistant, le porte-parole, la vie qui danse

Je suis le chemin de la vivace étreinte

L’étreinte de cet éreintant chamboulement qui me rendra à elle

A toi

liberté

Maryse Emel

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s